La fraude fiscale une priorité du gouvernement? «Une escroquerie intellectuelle», selon le juge Claise

Edition numérique des abonnés

Malgré les révélations successives sur des cas de fraude fiscale de grande ampleur - dans les opérations «Luxleaks», «Panama Papers» et maintenant «Paradise Papers» -, le manque de moyens pour les policiers et magistrats spécialisés reste criant. «La lutte contre la criminalité financière n’est pas une priorité», a constaté le juge d’instruction Michel Claise mardi sur La Première (RTBF).

«L’argent parti dans les paradis fiscaux, on peut considérer qu’il est définitivement perdu», a estimé le juge d’instruction. «C’est extrêmement difficile parce que les paradis fiscaux sont comme des coffres-forts.»

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct