Des écoutes téléphoniques relancent le Kazakhgate

Suspect de corruption publique depuis sa première audition en mai 2015, Armand De Decker serait le véritable donneur d’ordre du versement de 25.000 euros. Léa et Godbille en conviennent, lui le nie.
Suspect de corruption publique depuis sa première audition en mai 2015, Armand De Decker serait le véritable donneur d’ordre du versement de 25.000 euros. Léa et Godbille en conviennent, lui le nie. - Photo News.

Des documents versés en janvier au dossier « Kazakhgate » laissent penser que plusieurs « acteurs » du volet belge du dossier n’auraient pas encore été dévoilés. C’est ce qu’il ressort de transcriptions d’écoutes téléphoniques que Le Soir, De Standaard et Le Vif ont pu consulter : elles évoquent les prénoms de « Roger », de « Françoise », et désignent une « crapule » ainsi qu’un « petit bonhomme » toujours à identifier.

Par ailleurs, selon d’autres documents judiciaires, l’avocat-général Jean-François Godbille, désormais lui-même sous enquête dans ce dossier pour une éventuelle « complicité » dans la corruption passive et le trafic d’influence reproché à M. Armand De Decker (MR), aurait bénéficié de fuites à l’intérieur de l’appareil judiciaire bruxellois qui l’ont préparé à intervenir auprès de son procureur général.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct