lesoirimmo

La parole est aux enfants des «collabos» flamands

Robert Tollenaere, surnommé le «
Joseph Goebbels flamand
». © D.R.
Robert Tollenaere, surnommé le « Joseph Goebbels flamand ». © D.R. - IIM

O bjectivement, mon père a vendu son âme aux nazis  ». C’est sur cette phrase que s’ouvrait ce mardi soir sur Canvas la série documentaire événement «  Kinderen van de collaboratie  » ( » Les enfants de la collaboration »). Les réalisateurs ont été inspirés et accompagnés par l’historien Koen Aerts (UGent), avec le souhait de donner un regard différent sur l’histoire, via le regard des enfants de ces familles flamandes « collabos ». L’objectif ? Créer une ouverture sur la manière dont la société voit aujourd’hui ce thème de la collaboration et lancer un appel au Collège des procureurs généraux qui aujourd’hui encore refuse l’accès des proches aux dossiers de leurs parents. «  Une démocratie doit oser regarder le passé droit dans les yeux  », commente Koen Aerts, cité par le site Doorbraak, proche du Mouvement flamand.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct