L’histoire derrière le meilleur album de Patti Smith: «Horses» (1975)

L’histoire derrière le meilleur album de Patti Smith: «Horses» (1975)

Un choc ! Un cataclysme ! Un tremblement de terre ! Voilà l’effet qu’a suscité la sortie, le 13 décembre 1975, de ce premier album de Patti Smith. Avant que les punks londoniens ne sortent l’Angleterre et, par contagion, l’Europe d’une torpeur progrock, une femme a poussé un cri, a tapé d’un sacré coup de Doc Martens dans la fourmilière soporifique. Elle s’appelle Patricia Smith, née dans le Chicago d’après-guerre. Mais à Manhattan, où elle s’est installée en 1967, elle est déjà connue sous le nom de Patti Smith. Son premier album est né d’une longue gestation, de rencontres multiples et surtout d’une réflexion nourrie à l’aune d’une culture variée qui va d’Arthur Rimbaud – son idole, son fantasme – à Bob Dylan et John Coltrane, dont elle ne se lasse pas. Elle plaque tout (même son enfant) pour vivre la bohème. Elle croise Bob Neuwirth, un proche de Dylan qui, au Chelsea Hotel, l’introduit dans le milieu et la pousse à chanter.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct