New Delhi asphyxiée par la pollution: «La honte en héritage »

© Reuters
© Reuters

Il y a eu un espoir, vendredi matin, quand les rayons du soleil ont faiblement percé le halo grisâtre qui emprisonne depuis mardi la capitale de l’Inde. Mais, d’après les experts, l’amélioration n’est que légère et le niveau de pollution reste un danger pour la santé publique. La brume chargée de particules toxiques s’immisce dans les moindres ruelles de la mégalopole et jusqu’aux poumons de ses 17 millions d’habitants. Ici, respirer l’air revient à fumer 44 cigarettes par jour. Des propres mots d’Arvind Kejriwal, le ministre en chef de Delhi, la capitale est «une chambre à gaz».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct