La lutte contre la fraude fiscale: les raisons d’un échec

Michel Claise, juge d’instruction à Bruxelles, connu pour être le pourfendeur des fraudeurs en col blanc. © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont
Michel Claise, juge d’instruction à Bruxelles, connu pour être le pourfendeur des fraudeurs en col blanc. © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont

«  Monstesquieu a dit que la démocratie reposait sur trois pouvoirs  », enchaîne Michel Claise, juge d’instruction à Bruxelles, connu pour être le pourfendeur des fraudeurs en col blanc et auteur, notamment, d’un essai sur la criminalité financière (« Le club des Cassandre »). Aujourd’hui, je n’ai pas peur de dire que l’exécutif a mis à sa botte le législatif et tente de tailler des croupières au monde judiciaire. Et comment ? En ne nous donnant pas les moyens de lutter efficacement contre les fraudeurs et la criminalité financière. L’hypocrisie règne en maître  ». Les exemples, dans l’appareil judiciaire ou dans l’administration fiscale ne manquent pas pour en attester… Prenons d’abord le cas du fisc.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct