La défense de Puigdemont plaidera le procès politique

Quatre ex-ministres catalans ont accompagné leur leader, Carles Puigdemont, dans son exil bruxellois. De g. à dr. : Antoni Comin, Carles Puigdemont, Clara Ponsati,  Meritxell Serret et Luis Puig Gordi.
Quatre ex-ministres catalans ont accompagné leur leader, Carles Puigdemont, dans son exil bruxellois. De g. à dr. : Antoni Comin, Carles Puigdemont, Clara Ponsati, Meritxell Serret et Luis Puig Gordi. - Reuters.

Carles Puigdemont, le président destitué de la Généralité de Catalogne, et ses quatre ministres « en exil » en Belgique mais réclamés par la justice espagnole, sont-ils aux yeux de celle-ci des malfaiteurs accusés de crimes, ou seulement d’actions politiques ? Pour les avocats du quintette catalan, la réponse ne fait aucun doute : l’Espagne poursuit les ex-dirigeants catalans pour leurs opinions politiques, et pour des faits qui relèvent des libertés individuelles, notamment la liberté d’association et de se présenter aux élections. Ils demanderont dès lors vendredi prochain à la chambre du conseil de refuser l’exécution du mandat d’arrêt européen délivré à leur encontre par la juge espagnole en charge de l’affaire. C’est ce qu’ont expliqué au Soir les avocats Michelle Hirsch et Christophe Marchand, qui représentent les deux ex-ministres Toni Comin et Meritxell Serret, dans le cadre d’une défense commune avec l’avocat Paul Bekaert de Carles Puigdemont et des autres prévenus.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct