Avec 2.508 membres, Défi de plus en plus wallon

«
Ce qui va convaincre, c’est une autre gestion publique
», estime Olivier Maingain qui table aussi sur l’apport électoral des citoyens déçus par la politique du gouvernement fédéral. © Dominique Duchesnes.
« Ce qui va convaincre, c’est une autre gestion publique », estime Olivier Maingain qui table aussi sur l’apport électoral des citoyens déçus par la politique du gouvernement fédéral. © Dominique Duchesnes. - Dominique Duchesnes.

Olivier Maingain, star de l’été politique, a exporté la notoriété de Défi bien au-delà de Bruxelles. Le Grand Baromètre publié par Le Soir à la rentrée en portait d’ailleurs la trace : le parti amarante passait de 2,8 % à 6,2 % d’intentions de vote. Voilà pour la sympathie, ponctuelle ou plus ancrée. Mais qu’en est-il de l’ancrage partisan ? Huit ans après l’annonce du président de feu le FDF d’implanter ses troupes sur le sol électoral wallon et quatre ans après la réaffirmation de cette ambition à l’occasion de son changement de nom, cette présence a-t-elle pris corps ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct