Six mois après l’élection de Macron, la colère En Marche

Christophe Castaner à l’Assemblée, entre le Premier ministre Edouard Philippe (à g.) et le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb
: un couronnement attendu, terni par la grogne de la base du mouvement.
Christophe Castaner à l’Assemblée, entre le Premier ministre Edouard Philippe (à g.) et le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb : un couronnement attendu, terni par la grogne de la base du mouvement. - Reuters.

PARIS

De notre envoyée permanente

Il n’y aura aucun suspense. Et pour cause : il n’y aura qu’un seul candidat – Christophe Castaner – au poste de délégué général de La République en Marche. Mais il n’y aura pas non plus d’euphorie pour le premier congrès, ce samedi à Lyon, du parti présidentiel. Le mouvement créé par et pour Emmanuel Macron un an avant l’élection du printemps dernier traverse un trou d’air.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct