Ironie de l’Histoire: le grand-père de Trump était un réfugié climatique

En août dernier, Donald Trump était venu constater par lui-même les énormes dégâts laissés par l’ouragan Harvey, au Texas (photo) et dans d’autres Etats. © reuters.
En août dernier, Donald Trump était venu constater par lui-même les énormes dégâts laissés par l’ouragan Harvey, au Texas (photo) et dans d’autres Etats. © reuters. - reuters.

S’il ne fait désormais plus guère de doute que le changement climatique est un facteur aggravant dans les calamités naturelles qui frappent régulièrement certaines parties du globe, on sait moins que celles-ci ont, de toute éternité, poussé les hommes sur le chemin de l’exil.

Dans son édition de mardi, The Washington Post évoque ainsi les résultats d’une étude de l’Université de Fribourg sur l’immigration européenne vers l’Amérique du Nord au XIXe siècle.

On y apprend que jusqu’à 30 % des immigrants ont décidé de mettre le cap sur le Nouveau Monde en raison de perturbations climatiques. Les phases météorologiques inhabituelles – entraînant mauvaises récoltes, disettes et instabilité économique – coïncident avec les pics d’immigration.

Mais il faut savoir que la « malédiction climatique » a parfois poursuivi pionniers et descendants de pionniers une fois installés en Amérique…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct