La peur de la précarité

La peur de la précarité

En attendant, le fossé se creuse entre une population musulmane écœurée et une autre, suspicieuse. « De plus en plus de personnes me demandent comment cela se passe de travailler à son compte, observe Abdelmoughat, un coiffeur de la ville. Ils vivent mal les remarques de leurs collègues belges, les invectives du type : “Vous les musulmans, vous.” Devoir toujours se justifier. Je connais plusieurs clients qui ont quitté leur usine à cause de cela. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct