«Dans trois ans, vous ne reconnaîtrez personne»

©Sylvain Piraux.
©Sylvain Piraux.

La misère cachée derrière une porte. Plus largement, c’est tout une population qui apparaît mise à l’écart de la société : de nombreux étrangers, notamment qui ne maîtrisent pas le français.

En un sens, c’est normal : Hodimont est un quartier de transit offrant l’aide de communautés immigrées et des loyers très bas, avant d’avoir les moyens de partir. « Revenez dans trois ans, vous ne reconnaîtrez plus personne », confie l’imam de la mosquée Assahaba, Franck Amin Hensch, qui peine à pérenniser son équipe de 70 bénévoles. Un « turn-over » qui joue sur la portée des associations.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct