Pourquoi les militaires ne sont plus fiers de porter l’uniforme

Parmi les militaires qui ont répondu à l’enquête, 40
% estiment que patrouiller dans les rues pour aider la police n’est pas une mission pour eux.
Parmi les militaires qui ont répondu à l’enquête, 40 % estiment que patrouiller dans les rues pour aider la police n’est pas une mission pour eux. - NICOLAS MAETERLINCK/Belga.

La fierté de porter l’uniforme. Une croyance qui semble bien loin, à en croire les résultats d’une enquête menée durant tout le mois de mai dernier auprès des 31.716 membres du personnel de la Défense à la demande du général Compernol, le chef du département qui avait promis de rendre les résultats publics. Il ne l’a pas encore fait car il ne les a reçus qu’en octobre. Même si seuls 3.856 personnes ont répondu au questionnaire, les réponses sont éloquentes et ne doivent pas manquer d’interpeller les autorités militaires.

Tout d’abord, l’image générale que les militaires se font de leur organisation est plus négative (46 %) que positive (34 %). Spontanément, les collaborateurs de la Défense associent celle-ci à des éléments négatifs comme, entre autres, « une mauvaise organisation » (16 %), « limitée » (8 %), « un avenir incertain » (8 %) et « dépassée » (8 %). Seules les composantes Marine et Médicale sont un peu épargnées.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct