Pourquoi le gouvernement MR-CDH doit craindre la grève en Wallonie

Une certitude
: les administrations (jeudi) et les transports publics (TEC, jeudi et vendredi) seront sérieusement perturbés.
Une certitude : les administrations (jeudi) et les transports publics (TEC, jeudi et vendredi) seront sérieusement perturbés. - belga.

L’expression était sur toutes les lèvres lors des mouvements sociaux récents qui visaient le gouvernement fédéral de Charles Michel : la poussée de fièvre syndicale n’aurait été qu’une « grève politique » ! En d’autres termes, les manifestations auraient eu pour seul but de déstabiliser le gouvernement voire de le faire vaciller sur ses bases, on peut toujours rêver. Les cahiers de revendication précis et argumentés seraient aux abonnés absents.

Qu’en est-il en Wallonie avec cette double journée d’action ? Considérons d’abord que les contours du mouvement sont difficiles à cerner : le syndicat libéral reste à la maison, le front commun CGSP-CSC ne semble pas bien vaillant, sur le fond comme sur la forme. A ce train-là, le gouvernement MR-CDH, qui affronte son premier mouvement social d’importance, peut dormir sur ses deux oreilles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct