La presse musicale plie, mais ne rompt pas

La presse musicale plie, mais ne rompt pas

Le rock se meurt. Qu’en est-il des rock critics ? Et, de manière plus générale, de la presse musicale ? Aux dernières nouvelles, ce n’était pas la joie. Aux Etats-Unis, la famille Wenner revend ses précieuses parts dans la Bible Rolling Stone, née avec le Summer of Love 1967. En Angleterre, le NME, plus vieux magazine rock du monde, est devenu une feuille de choux gratuite distribuée dans les épiceries, se préoccupant plutôt d’envoyer de la news people sur son site web. En France, la revue Magic, sauvée in extremis à l’été 2016, est de nouveau en sursis après que vingt-six collaborateurs ont indiqué leur départ de la rédaction, exprimant de cette manière leur désarroi face à la gestion de leur nouveau patron qu’ils jugent désastreuse.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct