De nouvelles normes sismiques ébranlent les centrales nucléaires belges

En 1975, personne ne se souciait de la résistance au séisme de Doel 1 et Doel 2.
En 1975, personne ne se souciait de la résistance au séisme de Doel 1 et Doel 2. - Bruno DALIMONTE

Electrabel doit maudire Fukushima. Sans la catastrophe nucléaire japonaise, ses réacteurs belges auraient été un peu plus tranquilles. Mais un séisme/tsunami est passé par là. Et, pour tirer les leçons de l’accident, il a été décidé d’être beaucoup plus exigeant avec les centrales nucléaires. Notamment en matière de résistance à un séisme.

Des nouvelles exigences qui pourraient « entraîner des modifications parfois conséquentes des installations » belges, nous apprend l’Agence de contrôle nucléaire (AFCN). Il n’est donc pas exclu qu’Engie Electrabel et EDF, copropriétaires du parc belge, soient contraints de se lancer dans un vaste plan de rénovation de leurs centrales.

Explications.

1 Un peu de sismique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct