Brexit: pourquoi l’accord se fait attendre

Theresa May et Jean-Claude Juncker. ©EPA
Theresa May et Jean-Claude Juncker. ©EPA

La journée avait trop bien commencé : elle ne pouvait que mal s’achever. Avant même que la Première ministre britannique n’arrive pour son déjeuner de travail annoncé comme crucial, lundi midi avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, les informations avaient suinté : les deux parties – gouvernement britannique et négociateurs européens – s’étaient mises d’accord sur un texte de compromis autour de la question irlandaise. Ou plutôt : sur la non-restauration d’une frontière physique entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, territoire de la Couronne britannique.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct