Border or not border?

Depuis le début de la négociation du Brexit, c’est la question du règlement financier (la « facture du divorce ») qui a monopolisé l’attention politique et médiatique en Grande-Bretagne. Mais c’est le sort de l’Irlande que les spécialistes ont toujours considérée comme le plus complexe. En clair : dès le moment où Londres a décidé que le Brexit signifierait la sortie tant de l’union douanière que du marché unique européen, cela devait impliquer que les marchandises qui viendront d’Irlande du Nord vers la République d’Irlande (son principal marché d’exportation, avec le reste du Royaume-Uni), seraient frappées de droits de douane, comme pour tout pays extérieur à l’union douanière. Or si on parle de droits de douane, on parle inévitablement de contrôles aux frontières. Cette situation remettrait totalement en question l’intégrité des échanges économiques, mais aussi humains, entre les deux Irlande depuis les accords de paix du « Vendredi-Saint » en 1998.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct