Les partis se teintent de vert avant la campagne

Benoît Lurtgen et Elio Di Rupo © Belga
Benoît Lurtgen et Elio Di Rupo © Belga

N’en jetez plus ! Entre la profession de foi environnementaliste de Denis Ducarme et l’affirmation tranchée d’Elio Di Rupo sur l’écosocialisme en passant par Benoît Lutgen définissant l’écologie comme un des piliers de l’humanisme, il y a de quoi donner le tournis à Ecolo. Cette déferlante chlorophyllisée des partis traditionnels a de quoi surprendre. Elle en serait presque suspecte même si, chacun d’eux, la main sur le cœur, assure qu’il n’y a là rien de plus… naturel.

« Durant vingt mois, nous avons eu des séances avec nos militants sur les mutations de la société, explique Elio Di Rupo. Et pour chacune d’elles, nous avons réfléchi à quel type de réponses apporter. La question du climat, de l’environnement s’est imposée à nous comme au reste du monde. Mais ce travail, nous ne l’avons pas mené en regardant Ecolo et ses électeurs. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct