Le travailleur associatif, péril du volontariat

© René Breny.
© René Breny.

Ce mardi, c’est la journée internationale des volontaires. Mais pour le secteur associatif, le jour n’est pourtant pas à la fête : tous craignent à termes la disparition pure et simple du concept de bénévole.

En cause, un avant-projet de loi de la ministre des Affaires sociales Maggie De block créant le statut de « travailleur associatif », à mi-chemin entre le bénévole et le salarié. Concrètement, n’importe quel salarié en 4/5ème, indépendant, ou retraité pourra travailler contre rémunération. Et ce paiement est en outre exempté de cotisations sociales et d’impôt jusqu’à 1.000 euros par mois avec un plafond à 6.000 euros par an.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct