«Sans voiture à la campagne, tu ne peux rien faire»

Les embouteillages sur la N25 ©PIERRE-YVES THIENPONT/LE SOIR
Les embouteillages sur la N25 ©PIERRE-YVES THIENPONT/LE SOIR

Gare de Gastuche, petit hameau de la commune de Grez-Doiceau. L’après-midi s’achève sous une pluie fine et désagréable. L’endroit est désert. Seule la sonnerie du passage à niveau vient troubler la quiétude toutes les quinze minutes. Les trains viennent d’Ottignies d’un côté, de Louvain (Leuven) de l’autre. Ils desservent trois villages de la commune.

Une poignée d’écoliers sortent du train à toute vitesse. On interpelle un homme souriant, sacoche en bandoulière et bonnet vissé sur la tête. Alex est un navetteur philosophe. «  C’est impossible de rouler à Bruxelles actuellement. Les parkings de dissuasion comme Delta sont bondés. À 6 heures du matin, il n’y a plus de place. C’est vraiment un point négatif quand on habite ici. Il faut s’organiser pour aller à Bruxelles.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct