Diederik Wissels: «On n’exclut pas le silence. C’est très beau, le silence»

Diederik Wissels: «On n’exclut pas le silence. C’est très beau, le silence»

Diederik Wissels est né Néerlandais mais il vit à Bruxelles depuis toujours, ou quasi. Il se sent d’ailleurs totalement Bruxellois. Molenbeekois même, puisqu’il y habite. Au point d’avoir intitulé un de ses morceaux « Molenbeek ».

On connaît le pianiste qui a joué avec Chet Baker, Joe Henderson, Toots Thielemans, Philip Catherine, on connaît le complice du chanteur David Linx. Vous serez surpris en écoutant son dernier opus, ce Pasarela, qui porte bien son nom, puisqu’il s’agit d’une passerelle vers un nouveau Diederik en même temps qu’un pas vers les autres, l’image d’un lien. Un Diederik qui s’est dirigé vers une certaine coolitude, en réaction à l’hyperactivité et aux sollicitations de toutes parts de notre société.

Entretien chez lui. A Molenbeek, donc.

Le trio, c’était une question d’instruments à rassembler ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct