Le coup franc de Frédéric Larsimont

Le coup franc de Frédéric Larsimont

On ne s’offre pas tous les quinze jours un selfie surexposé en pleins projos d’un des stades les plus mythiques de Belgique. Ivre d’un bonheur de plus en plus souvent répété ces dernières saisons, la bande à Felice Mazzù s’est offert, hier soir au parc Astrid, ce petit plaisir collectif à durée de vie illimitée. Qui tournera toute la semaine en boucle sur les réseaux sociaux.

En arrière-plan de cette petite fiesta entre drôles de Zèbres : Hein Vanhaezebrouck, un homme en pleine déconfiture personnelle, quelques instants seulement après avoir enfin pu cesser de jouer les éoliennes avec les bras, impuissant à indiquer la voie à suivre. L’ancien Messie de Gand, extrait du caniveau par Anderlecht juste avant d’y filer sans doute pour de bon, avait le regard vide et les idées qui se télescopaient à mille à l’heure au moment où il tentait de trouver cette entrée de tunnel dans lequel le 1-3 du choc des Sporting, le contraignait à s’engouffrer.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct