John Maus Screen memories

<span>John Maus</span> Screen memories

En musique comme au cinéma, la fascination pour les années 80 est à ce point patente qu’elle a donné naissance à un courant : l’ hypnagogic pop qui tente de retrouver la magie de cette décennie via le style, les sonorités ou les méthodes d’enregistrement de l’époque. L’Américain John Maus, vieux complice d’Ariel Pink, en est une figure de proue.

Sur son quatrième album, Screen Memories, l’idée est de se mesurer au maître des musiques de film d’horreur, John Carpenter. Si l’exercice est passablement réussi, voire excitant sur les premiers titres, la suite évoque plutôt la new wave dans tout ce qu’elle avait d’alléchant… et de déplorable. On y croise donc Killing Joke, Front 242… Mais aussi les Sisters of Mercy, notamment dans la manière de chanter ultra maniérée du bonhomme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct