Des utilisateurs échaudés

« Un rapport voyeuriste source de souffrance »

Mathilde, 28 ans :Inscrite dès ses dix-huit ans sur Facebook, Mathilde reconnait aujourd’hui avoir « perdu un temps fou à aller voir les profils et les photos de gens que je ne connaissais même parfois pas. » A l’époque, la jeune étudiante en histoire de l’art a très vite mordu à l’hameçon : « Je passais environ deux à trois heures par jour dessus, c’était complètement chronophage. » Petit à petit, Mathilde développe un rapport amour-haine avec le réseau social et constate que « l’aspect voyeuriste générait parfois de la souffrance, voire de la paranoïa

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct