Chasse au dopage ou aux sorcières?

Stephane Thirion ©Alain Dewez
Stephane Thirion ©Alain Dewez

La surprise, c’est le nom, Froome. L’autre, c’est la date. La dernière, c’est la source, l’Union cycliste internationale (UCI). La date ? C’est tard. Un contrôle positif datant de la Vuelta, avec confirmation de l’échantillon B, cela prend à tout casser un mois. Souvenons-nous de l’affaire Contador, contrôlé au Tour 2010 fin juillet et informé fin août de manière officielle. La source, elle est politique, pleinement, ouvertement.

Pourquoi l’UCI a-t-elle attendu mi-décembre pour communiquer ? Faut-il y déceler un enjeu électoral nourri par le changement de présidence, le Français Lappartient à la place du Britannique Cookson ? Même si c’est tiré par les cheveux, il y a certainement une explication à chercher dans cette transmission de témoin. Chris Froome, comme le veut le règlement, a été informé en premier de son contrôle « anormal ». C’était le 20 septembre, la veille de l’élection du nouveau président de l’UCI à Bergen.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct