Philippe Sands: «Le procès de Nuremberg a montré que les Etats n’ont pas un pouvoir absolu»

Philippe Sands a écrit un livre important et passionnant.
Philippe Sands a écrit un livre important et passionnant. - Doak/Writers ictures/Leemage.

Ce n’est pas un roman, et pourtant ça se lit comme un thriller, comme on regarde un film de Hitchcock, avec passion et émotion. Ce n’est pas un essai, et pourtant, on atteint là à l’origine de la législation internationale sur le génocide et les crimes contre l’humanité. Ce n’est pas vraiment un livre d’histoire, et pourtant c’est rigoureusement basé sur des faits historiques. Ce n’est pas uniquement un récit familial, et pourtant il nous emmène sur les traces du grand-père maternel de l’auteur à Lemberg, la ville ukrainienne qui se nomme aujourd’hui Lviv. Dans Retour à Lemberg, Philippe Sands transcende les genres, brise les frontières pour nous raconter une grande et belle histoire qui nous parle parce qu’il parle de sa famille, de l’histoire avec sa grande H, comme disait Georges Pérec, de la source des tribunaux pénaux internationaux. Parce qu’il s’agit du pouvoir de la mémoire. Et de la difficulté de briser le silence.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct