La part des anges européens et suisses dans les conflits

Olivier Bot est le chef du service Monde de la «Tribune de Genève». © D.R.
Olivier Bot est le chef du service Monde de la «Tribune de Genève». © D.R.

Dans ce monde de l’immédiateté, la violence fait la une. Et il est de bon ton de moquer à voix basse l’opiniâtreté au dialogue, le multilatéralisme, la défense des droits fondamentaux, l’ONU ou un Prix Nobel de la paix. À quoi bon ces initiatives angéliques puisque la dure réalité aura raison de tous ces bons sentiments ? Un livre – dont Bill Gates, le PDG de Microsoft, dit qu’il est « le meilleur » qu’il a lu « de toute sa vie » – vient pourtant démontrer de façon magistrale que l’histoire du monde est celle du déclin de la violence. Et que dans ce temps long, l’Etat, la démocratie et la pensée humaniste européenne ont joué un grand rôle.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct