Faire une place au génie féminin dans l’art

Ci-dessus, Emma Hart, lauréate du Max Mara Art Prize for Women 2016, en pleine création aux ateliers du Museo Carlo Zauli di Faenza, dédié à l’art de la céramique. © Dario Lasagni.
Ci-dessus, Emma Hart, lauréate du Max Mara Art Prize for Women 2016, en pleine création aux ateliers du Museo Carlo Zauli di Faenza, dédié à l’art de la céramique. © Dario Lasagni.

Si l’on omet les muses qui ont inspiré d’innombrables chefs-d’œuvre, trop peu de femmes trouvent grâce aux yeux des historiens de l’art. En dehors de Frida Kahlo, Georgia O’Keeffe, Niki de Saint-Phalle, Berlinde De Bruyckere, Louise Bourgeois ou Camille Claudel, qui peut citer un nom de peintre ou de sculptrice célèbre ?

Aujourd’hui, si les bancs des écoles de formation artistique accueillent autant de femmes que d’hommes, leurs toiles ou leurs sculptures se heurtent encore à certaines idées reçues. Pourtant il n’y a pas à proprement parler d’esthétique ni d’imagerie féminine. Les femmes sont des artistes comme les autres avec les mêmes qualités et les mêmes défauts. Rien ne permet de les juger différemment, ni la touche ni le sujet. Comment dès lors justifier le fait que les femmes restent largement sous-représentées dans les ateliers et les galeries d’art ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct