Autriche: pourquoi l’UE reste silencieuse face à l’entrée de l’extrême droite au gouvernement

Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache. ©AFP
Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache. ©AFP

Il avait déconseillé aux Belges «  d’aller skier en Autriche  ». En 2000, Louis Michel, alors ministre des Affaires étrangères, avait provoqué un tollé en réagissant de manière virulente à l’entrée du FPÖ, parti d’extrême droite, au gouvernement autrichien. Il parvient alors à convaincre l’Union européenne d’adopter des sanctions contre l’Autriche et le conservateur Wolfgang Schüssel pour avoir ouvert les portes du gouvernement à l’extrême droite de Jorg Haider. 17 ans plus tard, l’extrême droite est de retour dans les hautes sphères de l’Etat. Le conservateur Sebastian Kurz a conclu un accord avec le FPÖ de Heinz-Christian Strache qui rafle pour la première fois trois ministères régaliens au sein du gouvernement, à savoir la Défense, l’Intérieur et les Affaires étrangères.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct