L’école et le mal belge

L’école et le mal belge

La Belgique est fière de son sens du compromis, et elle a raison. Le compromis est indispensable en démocratie : il permet de tenir compte de la volonté politique des uns et des autres, il intègre les différentes facettes d’une problématique, il impose de se mettre à l’écoute de toutes les situations vécues, il articule des valeurs divergentes plutôt que d’écraser la diversité des attentes sous la loi de la majorité. A ce titre, il constitue une manière de s’approcher de l’intérêt général, qui ne peut être atteint qu’au terme d’une longue procédure délibérative. Contrairement à une image qui a eu son heure de gloire, la Vérité ne sort pas nue du puits : elle résulte d’un tâtonnement, d’un dépassement des contradictions initiales.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Chroniques
    • A Alost, les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour.

      Chronique Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    • d-20160406-G6ZW9C 2019-01-15 11:51:33

      Chronique Ecoles: que faire du cours de morale?

    • book-1760993_1280

      Chronique Connaître {par cœur}