La saga de l’accord d’été, révélatrice d’une suédoise qui plafonne

©Belga
©Belga

Convenons-en, c’est un peu de la tuyauterie parlementaire. Mais enfin, ce à quoi nous assistons à la Chambre n’est pas sans importance politiquement.

A savoir : une majorité à ce point traversée de tensions que le président d’assemblée, Siegfried Bracke (N-VA), doit jouer les passeurs à plusieurs reprises entre les partenaires afin d’éviter l’irréparable (les suédois ne connaissent pas l’esprit de Noël) ; également discuter en direct avec l’opposition afin qu’elle se montre indulgente, du moins conciliante, en tout cas compréhensive ; laquelle, en cette fin 2017, a évolué au centre du jeu, partie prenante aux discussions et inspiratrice en partie de la solution retenue à la fin, cela pour la première fois dans cette législature, à la fois protestataire et négociatrice.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Politique