«Noir Jaune Blues et après?»: à Uccle, tout le monde n’a pas le blues

Sylvain Piraux
Sylvain Piraux

Dans « Noir Jaune Blues », il y a « blues »… Un rappel nécessaire : la raison pour laquelle Le Soir et la RTBF ont décidé de partir en immersion à Uccle et dans de nombreuses autres communes wallonnes et bruxelloises, c’est une grande enquête qui démontre que les Belges sont pessimistes pour l’avenir.

Seulement, après une semaine à Uccle, il a fallu tirer ce constat : tout le monde n’a pas le blues !

Contrairement à d’autres communes visitées précédemment, où mes confrères avaient rencontré des citoyennes avec de nombreuses méfiances/craintes/peurs, j’ai eu le sentiment de ne rencontrer quasi que des gens confiants.

C’est même devenu une boutade : « Tiens, encore un Ucclois heureux, qui n’a pas de problème ! »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct