Soudanais torturés: Theo Francken était averti des risques

Jan Jambon et Theo Francken en commission de la Chambre le 22 décembre dernier © Belga
Jan Jambon et Theo Francken en commission de la Chambre le 22 décembre dernier © Belga

Datée du 24 octobre 2017, une note confidentielle du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides à destination du secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA), expose la position de l’organisme à l’égard des demandes d’asile soudanaises. Y sont exposés deux critères susceptibles d’amener à une reconnaissance automatique du statut de réfugié ou l’octroi de la protection subsidiaire aux demandeurs soudanais : l’appartenance ethnique et la région d’origine.

La note reconnaît donc que des catégories entières de population méritent une protection en raison du risque d’un traitement dégradant et inhumain. Le simple fait d’être soudanais noir, notamment. Des critères visiblement ignorés par l’administration, qui a poursuivi les placements en centre de rétention ainsi que les rapatriements.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct