La fiancée du désert Une parenthèse plutôt émouvante sur la vie

<span>La fiancée du désert</span> Une parenthèse plutôt émouvante sur la vie

Épuré à l’extrême, La novia del desierto (La fiancée du désert en français) est de ces films minimalistes qui touchent ou qui rebutent.

Présenté dans la sélection « Un certain regard » du dernier festival de Cannes, le premier long-métrage de fiction du duo argentin Cecilia Atan et Valeria Pivato est l’histoire d’un destin. Celui de Teresa, 54 ans, femme à tout faire d’une famille depuis toujours ou presque. Au fil du temps, cette famille est devenue la sienne. Leur fils la prunelle de ses yeux. Mais le destin va la contraindre à accepter un nouvel emploi. Commencera alors un voyage initiatique à travers le désert argentin, fait d’embûches, de rencontres mais aussi de pistes pour avancer. Et ce qui semblait être le bout du chemin va s’avérer être le début d’une nouvelle vie…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct