Catalogne: «Le principe, dans ce genre d’affaires, c’est de mettre un État à genoux»

Outre la cas Assange, Christophe Marchand a aussi  bataillé contre le camp de Guantanamo. Michelle Hirsch  a défendu les victimes du génocide rwandais et  les fillettes victimes de viol au Congo.
Outre la cas Assange, Christophe Marchand a aussi bataillé contre le camp de Guantanamo. Michelle Hirsch a défendu les victimes du génocide rwandais et les fillettes victimes de viol au Congo. - Thienpont/Le Soir.

Le dimanche 29 octobre, l’avocat Christophe Marchand se trouve en vacances sur l’île Canarie de Lanzarote où il s’adonne au surf, lorsqu’il est contacté par un client potentiel : un représentant du gouvernement catalan. Ou plutôt de l’ex-gouvernement : deux jours plus tôt, le sénat espagnol a voté la dissolution du parlement et de l’exécutif de Catalogne. L’avocat pénaliste belge est régulièrement impliqué dans des dossiers internationaux où des États sont mis en cause. Le contact sonde l’opinion de Me Marchand sur un mandat d’arrêt européen (MAE) qui n’a pas encore été délivré à l’encontre des ex-dirigeants catalans, mais qui paraît imminent. L’avocat n’hésite pas longtemps : il écourte ses vacances.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct