L’exil roumain des candidats médecins belges

Aucun étudiant ne regrette son choix et la pédagogie roumaine semble convaincante.
Aucun étudiant ne regrette son choix et la pédagogie roumaine semble convaincante. - Reuters.

Depuis Timisoara

Le rendez-vous est donné au café « Chez moi », juste en face de la faculté de médecine de Timisoara, la grande ville de l’Ouest de la Roumanie. Ce lieu est devenu le repaire des étudiants de la filière en langue française. Au menu, une part de gâteau « Plaisir », un « café pour un monsieur » ou « pour une dame ». « Pour l’instant, tout est fait pour nous mettre à l’aise », se réjouit Süleyman, 20 ans.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct