Marc De Vos: «Il faut distinguer bonnes et mauvaises inégalités»

Pour Marc De Vos, il est indispensable d’aborder d’un tout autre angle le débat sur les inégalités.
Pour Marc De Vos, il est indispensable d’aborder d’un tout autre angle le débat sur les inégalités. - Belga.

L’économiste, à la tête de l’institut Itinera, n’y va pas par quatre chemins : pour Marc De Vos, il y a aujourd’hui une obsession de l’inégalité vue comme un mal, dans la suite, notamment, des travaux de Piketty. L’analyse du Français serait pourtant volontairement biaisée, découlant sur un mauvais diagnostic, qui ne peut mener… qu’à de mauvais remèdes.

Car, dit le chercheur, les inégalités, c’est comme le cholestérol : il y en a de bonnes et de mauvaises. « Je ne suis pas un anti-Piketty, je suis post-Piketty. Je dis, oui il y a un problème, mais il faut bien définir de quoi on parle. Piketty est intellectuellement brillant, mais ce qu’il fait, c’est de la manipulation. Parce qu’il est politisé. Il l’a d’ailleurs reconnu. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct