En manque d’oxygène, nos océans s’étouffent peu à peu

Les côtes anglaises (ici, l’île  de Wight, dans la Manche) sont victimes de la pollution par les nutriments provenant notamment de l’agriculture.
Les côtes anglaises (ici, l’île de Wight, dans la Manche) sont victimes de la pollution par les nutriments provenant notamment de l’agriculture. - flpa.

Pollutions diverses, acidification due à la dissolution du CO2 de plus en plus abondant, expansion thermique causée par le réchauffement des mers, surpêche, retraite de la banquise en Arctique… Nos océans sont en train de subir une métamorphose qui inquiète. Une métamorphose dont l’homme est le grand architecte. Depuis quelques années, les scientifiques tiennent à l’œil un autre bouleversement plus discret, mais pas moins préoccupant : la lente réduction de l’oxygène dans l’eau.

Selon une étude qui paraît dans la revue Science, le taux d’oxygène des océans a atteint un niveau historiquement bas et l’on compte de plus en plus de zones en état d’hypoxie ou d’anoxie. « Au cours des 50 dernières années, la quantité d’eau sans oxygène en haute mer a quadruplé. Pour les eaux côtières, y compris les estuaires et les mers, les sites à faible teneur en oxygène ont été multipliés par 10 », précise l’étude.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct