Asphyxié, le secteur socio-culturel francophone lance un appel de détresse

Asphyxié, le secteur socio-culturel francophone lance un appel de détresse

Budgets rabotés, moratoire sur la reconnaissance de nouveaux opérateurs, morcellement des sources de financement, cadre légal parfois dépassé ou inachevé : les acteurs des secteurs socio-culturels en Fédération Wallonie-Bruxelles ont lancé jeudi un véritable signal de détresse à l’attention du monde politique.

Invités à expliquer leur réalité devant les membres de la commission Culture du Parlement de la Fédération, les représentants des bibliothèques, centres culturels, musées, et autres centres d’archives du sud du pays ont tracé les contours d’un secteur au bord de l’asphyxie, lequel emploie tout de même quelque 8.300 équivalents temps plein.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct