Des produits financiers gelés sur le marché belge

Avec l’entrée en vigueur de PRIIPS, les banques sont prises  de cours et obligées de geler la vente de certains produits.  Plus facile à encaisser pour une grosse structure  que pour un petit broker.
Avec l’entrée en vigueur de PRIIPS, les banques sont prises de cours et obligées de geler la vente de certains produits. Plus facile à encaisser pour une grosse structure que pour un petit broker. - reuters.

En 2018, l’investisseur belge particulier a moins de possibilités d’investissement qu’au 31 décembre dernier. Certains produits financiers sont, en ce début d’année, temporairement « mais pour une durée encore indéterminée », inaccessibles sur notre marché. En cause : un couac avec les nouvelles règles européennes.

La plupart des banques du pays ont, au 1er janvier, gelé en tout ou en partie leur portefeuille « ETP », pour « exchange traded product », soit des produits financiers dont la rentabilité dépend de la performance de l’un ou l’autre marché boursier. Des instruments bien plus risqués qu’un compte d’épargne – mais aux promesses de rendement bien plus croustillantes aussi –, qui se présentent soit sous la forme de fonds (la performance d’un indice boursier ou du cours d’une matière première est répliquée), soit sous de produits dérivés (des warrants, des turbos…). Tous sont cependant dits « retail » et donc vendus à l’épargnant lambda.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct