«Noir Jaune Blues, et après?» à Malmedy: le tissu social, rempart à la morosité

«Noir Jaune Blues, et après?» à Malmedy: le tissu social, rempart à la morosité
Mathieu Golinvaux.

Q uand la première chose dont une personne vous parle, c’est la météo, vous pouvez vous dire qu’elle va plutôt bien ! » Fabien Marichal, président de la Royale Malmédienne, un chœur d’hommes de Malmedy, résume à la perfection notre sentiment général à l’issue d’une semaine d’immersion dans le cadre de l’opération « Noir Jaune Blues », après Braine-le-Comte, Jette, Verviers, Grez-Doiceau et Uccle. Le temps, en l’occurrence, a bien mérité ses galons de sujet de discussion. On rêvait Malmedy sous les flocons, on l’a découvert sous un parapluie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct