The Florida project Elever un môme quand on est seule et qu’on n’a pas un balle

<span>The Florida project</span> Elever un môme quand on est seule et qu’on n’a pas un balle

Moonee a 6 ans. C’est une adorable peste qui, avec ses petits poteaux, crache sur le capot des voitures ou taquine le gardien bienveillant (Willem Dafoe) de ce bloc de motels au bord de l’autoroute menant à Disney World, Orlando. Ses bêtises n’inquiètent pas trop Halley, sa jeune mère en situation précaire – comme tous les autres habitants – penchée sur des plans plus ou moins honnêtes pour assurer leur quotidien…

Sean Baker, après avoir réalisé un film avec son smartphone sur les déambulations d’une prostituée à Los Angeles (Tangerine, en 2015), confronte l’insouciance enfantine à l’angoisse d’élever un môme quand on est seule et qu’on n’a pas un balle. La caméra est discrète, le ton est léger, ensoleillé comme le soleil de Floride et la pression qui monte au fil du récit n’en est que plus menaçante.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct