Alain Maron (Ecolo): «La procédure en conflit d’intérêts, c’est zéro résultat»

«
On est en train de galvauder un outil pour des stratégies politiques
», déplore Alain Maron.
« On est en train de galvauder un outil pour des stratégies politiques », déplore Alain Maron. - Photo News.

Comme annoncé en début de semaine, la Commission de la communauté francophone (Cocof) va introduire au parlement bruxellois une procédure en conflit d’intérêt relative au projet de loi de relance économique de Charles Michel. La procédure n’est pas anodine. Dans la loi du 9 août 1980, il est bien spécifié que cette procédure est enclenchée quand une loi « lève gravement les intérêts d’une Région ou communauté ». Ici, de quoi parle-t-on ? La motion signée par le PS, Défi et le CDH au parlement bruxellois (soit 42 députés sur les 89, auxquels se rallieront les 4 députés PTB) met surtout l’accent sur le « manque de loyauté fédérale » dans le cadre de la concertation avec les entités fédérées sur ce projet de loi, qui traduit les mesures prises durant l’accord d’été, et sur le fait que ce projet empiète sur les compétences fédérales (aides aux personnes emploi, etc.).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct