«Noir Jaune Blues, et après?» à Frameries: de chaleureux Borains, dans un cafardeux Borinage

Après Braine-le-Comte, Jette, Verviers, Grez-Doiceau, Uccle et Malmedy, Frameries est la septième étape de notre périple «
Noir Jaune Blues
».
Après Braine-le-Comte, Jette, Verviers, Grez-Doiceau, Uccle et Malmedy, Frameries est la septième étape de notre périple « Noir Jaune Blues ». - Dominique Duchesnes.

M ontre-moi ton marché et je te dirai qui tu es ». Séraphin (48 ans) a le blues. A Frameries, le marché local se vide, inexorablement. Dans le village voisin (La Bouverie), c’est bien pire. Il a quasiment disparu. Frameries n’aurait donc plus la forme.

Taux de chômage de trois points supérieur à la moyenne wallonne, taux de mères adolescentes deux fois supérieur à celui de la Communauté française. « Misère au Borinage. Voilà comment on est toujours présenté », résume un papa au bord du terrain de rugby. « Mais ailleurs, je n’ai jamais retrouvé des relations aussi vraies entre les gens. Et ça, on le dit trop rarement »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct