FashionLeaks: Pinault et Gucci, la haute couture de l’évasion fiscale

Marco Bizzarri (à gauche) avec la mannequin Karlie Kloss et son patron François-Henri Pinault (à droite), après avoir reçu le prix de l’ « International Business Leader » lors des « fashion awards » britanniques, en décembre 2016 à Londres.
Marco Bizzarri (à gauche) avec la mannequin Karlie Kloss et son patron François-Henri Pinault (à droite), après avoir reçu le prix de l’ « International Business Leader » lors des « fashion awards » britanniques, en décembre 2016 à Londres. - British Fashion Council.

Il est très rare de voir un patron du CAC 40 s’impliquer personnellement dans une opération d’évasion fiscale. C’est pourtant ce qu’a fait François-Henri Pinault, PDG et héritier de Kering (ex-Pinault Printemps Redoute) fondé par son père François. On l’imaginait concentré sur les enjeux stratégiques du groupe, désormais recentré sur la mode et le luxe (Yves Saint-Laurent, Puma, Bottega Venetta…) Mais lorsqu’il a fallu rémunérer grassement le patron de Gucci Marco Bizzarri, François-Henri Pinault n’a pas hésité pas à plonger les mains dans le cambouis pour diminuer au maximum l’ardoise fiscale.

Il faut dire que la septième fortune de France (19 milliards d’euros de patrimoine familial selon Challenges) n’aime pas l’impôt : il s’est exilé à Londres en 2014 avec une partie de son état-major pour échapper à la taxe à 75 % sur les très hauts revenus édictée par François Hollande – et échapper du même coup à l’ISF, l’impôt français sur la fortune.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct