Dix doyens de faculté taclent la réforme de la formation des profs

Les signataires regrettent que la création d’un bachelier en enseignement section 4 oblige les étudiant·e·s à faire un choix professionnel, dans ce cas, les professeurs du secondaire, dès leur entrée à l’université.
Les signataires regrettent que la création d’un bachelier en enseignement section 4 oblige les étudiant·e·s à faire un choix professionnel, dans ce cas, les professeurs du secondaire, dès leur entrée à l’université. - Mathieu Golinvaux.

L e préaccord doit encore être coulé dans un projet de décret avant d’être soumis au vote. Ce qui, au vu des lobbies à l’œuvre, sera loin d’être une sinécure ». Ainsi se concluait, le 18 janvier dernier, notre analyse de l’accord politique sur la formation initiale des enseignants, sujet polémique s’il en est entre PS et CDH, au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les lobbies dans ce dossier viennent le plus souvent des groupes liés aux piliers traditionnels. C’était compter sans une nouvelle fronde, que l’on pourrait qualifier de transversale : dix patrons de faculté issus de cinq universités francophones (toutes sauf Liège) ont envoyé un courrier majeur au ministre Marcourt pour lui détailler leurs inquiétudes sur l’avant-projet de décret organisant la formation des futurs professeurs et instituteurs.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct