Détection radar pour les marées noires

Plusieurs techniques existent pour repérer une nappe d’hydrocarbures flottant à la surface d’un océan. Parmi celles-ci : le capteur infrarouge (IV) qui permet de repérer la partie la plus épaisse de la « marée noire » ; le capteur ultraviolet (UV), uniquement efficace en journée, qui indique les limites de la nappe ou encore le radar latéral qui fonctionne via une différence « d’état des surfaces ». « Le radar mesure la différence entre un signal électromagnétique envoyé et le signal reçu en retour. Cet outil est très sensible à la rugosité des surfaces qui vont réceptionner les ondes. Par exemple, sur une étendue d’eau calme et lisse comme un miroir, les ondes sont amorties et très peu de signal reviendra, mais sur une surface rugueuse comme la mer, avec des vagues, le signal sera plus fort », explique Christian Barbier, chef de recherche principal au Centre spatial de Liège – ULiège.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct