En manque de neige, les stations de ski doivent se réinventer

Dans le Vercors, les canons à neige sont là pour compenser.
Dans le Vercors, les canons à neige sont là pour compenser. - Michel de Muelenaere.

Evidemment il y a eu la neige. Tombée en abondance, drue, par paquet. Tantôt collante, tantôt virevoltante. Du jamais vu. Forçant des stations à cloîtrer habitants et touristes. Coupant les routes, causant des avalanches. Une saison comme on n’en a plus vue depuis longtemps. 2017 : la fête à la montagne. « Dès qu’il y a 30 cm de neige, tout le monde est comme hypnotisé, tout le monde oublie », ironise un responsable d’office du tourisme. Mais il y a la tendance, lourde elle aussi. Un autre tableau : une température moyenne qui grimpe sans relâche, une météo plus capricieuse, de la pluie de plus en plus haut, un manteau neigeux en diminution. Partout, du Vercors à la Savoie en passant par l’Isère, jusqu’aux Pyrénées, les trois derniers hivers furent déplorables. Avant 2017 et ses abondants flocons qui ont fait revenir les touristes et leur bel argent.

Mais si on parle moins du changement climatique, ni l’épure ni les projections des scientifiques n’ont changé.

L’érosion devrait se poursuivre. Comment assurer la pérennité des stations de montagne, alors que l’or blanc sur lequel elles sont assises pourrait subir le même sort que le noir : une lente mais inexorable diminution ? Partout, les temps sont mouvants depuis un moment. Et le climat n’y est pas toujours pour quelque chose. Le touriste skie moins qu’avant : « Fini la journée de 9 à 17 heures non-stop, suivie du retour à l’appartement », note Philippe Bourdeau, professeur à l’université de Grenoble. Désormais, beaucoup de skieurs déchaussent en début d’après-midi. « Sur un même laps de temps, on skie davantage qu’avant, justifie Jean-Luc Jaouen, patron des pistes à Chamrousse (Isère). On a nettement amélioré les remontées mécaniques : elles sont plus rapides, le temps d’attente est réduit, le skieur attend moins et skie plus… ». Le travail de la neige a également été optimisé. Les dameuses sont équipées de GPS mesurant la couche de neige au cm près ; elles suivent un plan précis, au plus rapide.

Une « expérience » montagne

La glisse de papa a donc vécu… Il y a de ça. Mais le touriste est aussi devenu versatile et zappeur. Le ski c’est bien, mais il lui faut plus. Une « expérience », une « émotion », disent les as du marketing. D’autres activités en tout cas. Et comme chacun sait, l’émotion de cette année doit être plus forte que celle de l’an dernier.

Et c’est qu’il aime son confort, le bougre. Commande en un clic, livraisons à la porte du chalet, assistance au chaînage avant la montée en station, temps d’attente aux remontées en temps réel sur smartphone… Paradoxe : la rude montagne se fait « convenient », pratique, confortable. Tout à leur concurrence, les stations finissent par se ressembler dans leur diversification. Chacune a sa piscine, sa patinoire, sa piste de luge, son snow park, sa salle de fitness, ses circuits de raquettes, ses chiens de traîneaux… Toutes exploitent les tendances du moment comme le ski de randonnée, les « nouvelles glisses ». Les stations les plus riches ont ajouté d’autres attractions permettant d’épater le chaland et de le soulager de quelques billets supplémentaires (conduite sur glace, parapente, balade en dameuse…). Car le touriste d’hiver est un bon client. Il ne rechigne pas à la dépense, à la différence de son équivalent estival.

Clientèle dorée

A force, le tourisme d’hiver devient de plus en plus élitiste. « Les classes moyennes et supérieures sont poussées hors des grandes stations chics, il faut faire de la place aux Russes », plaisante un ancien patron de palace à Megève. Si les médias parlent abondamment des départs au ski à la veille de la saison, le phénomène ne touche en réalité qu’une faible partie de la population – 7 % en France, en diminution constante. Une frange de plus en plus réduite, de plus en plus nantie.

Dans un grand écart, les stations cherchent à la fois à monter en gamme pour capter une clientèle dorée, mais veulent aussi attirer les familles, les jeunes et les séminaires d’entreprises. Cette politique nécessite des investissements considérables, tant dans les stations que sur les domaines où on rivalise de gigantisme. On relie les domaines entre eux, on monte en altitude – recherche de la « garantie neige » oblige. Le prix du forfait suit le mouvement. D’où une frustration du client : 55 euros la journée pour un domaine qu’une journée ne suffit pas à parcourir… Et on annonce des forfaits à 100 euros dans les stations les plus huppées. Dans le milieu, certains se demandent si les stations ne manqueront pas de skieurs avant de manquer de neige.

Dernière stratégie en date : le modèle Ibiza, fait de commerces chics et de clubbing, dans des boîtes en plein air – comme les « Folie douce » qui dépotent à Val d’Isère, Val Thorens ou l’Alpe d’Huez. Un filon chargé de diverses substances venu d’Ischgl en Autriche dont le slogan parle de lui-même : « Relax if you can ».

Non content de se diversifier, les stations continuent à augmenter leur offre d’hébergement à coup de milliers de nouveaux lits, alimentant une spéculation immobilière qui pousse les prix à la hausse. « Disneylandisation », « fuite en avant », dénoncent pas mal d’observateurs. Dans le même temps, toutes doivent relever le niveau d’un immobilier historique vétuste et énergivore.

Pérenniser le modèle

Dernier investissement essentiel : la « fiabilisation » des domaines, entendez, l’extension de la neige de culture qui permet de garantir les débuts et fins de saison et d’atténuer les aléas. « Personne ne veut la fin du modèle. Tout le monde s’accroche. », poursuit Bourdeau. « Tout le ski, c’est fini, sans le ski tout est fini, traduit Gilles Chabert, le « M. Montagne » de la région Rhône-Alpes. Il faut pérenniser le modèle, tant qu’on peut le faire. On ne pourra jamais compenser la sortie du ski ». D’où la neige de culture : « Il faut réagir en s’équipant. C’est ça, ou on retourne faire les ramoneurs à Paris ou les chauffeurs de taxi ! Personne ne viendra en montagne parce qu’il y a une belle piscine à vague. Non, on vient pour ski. On construit là-dessus parce qu’on n’a pas d’autre choix ».

Mais la petite musique de la diversification tourne dans les têtes. « Elle est supposée plus facile pour les stations de moyenne montagne, indique Coralie Achin (université de Grenoble), elles ont plus d’atouts ». Ces atouts, c’est leur « territoire », d’autres ressources que le ski a reléguées dans l’ombre. « Le manque de neige va pousser les stations à se retourner sur leur propre territoire. Prédit Vincent Neyrinck, membre de l’association de protection Mountain Wilderness. Mais c’est un défi redoutable : changer la vision que les gens ont de la montagne, ceux qui y viennent, ceux qui y vivent et ceux qui la gèrent ». On croyait que la station sauvait la montagne (l’emploi, la population, les services). Peut-être qu’à l’avenir ce sera l’inverse.

Partout, l’offre d’été s’est donc, elle aussi, étoffée, voire l’offre quatre saisons. Luge d’été, « fat bike », VTT, à assistance électrique ou pas, randonnées, piscines, centres aquatiques et sportifs, équitation, tennis, golf, escalade, parapente, hélicoptère... Qui dit mieux ? « Le tourisme 4 saisons, c’est des conneries, contre cependant Chabert. Essayons d’abord de faire venir les gens sur deux saisons. On ne fera jamais venir personne au printemps, la montagne est sale à la fin de l’hiver. L’été, on peine déjà ». Et ce tourisme-là est jugé moins rémunérateur...

Hiver, été ? Face à l’endettement qui grimpe, il faut faire des choix. « Il n’y a rien de plus conservateur qu’un moniteur de ski et un patron de remontées mécaniques », dit un local. Et ils savent parler aux élus. La course à la neige et à ses aficionados a encore de beaux jours devant elle.

Climat: la neige en deuil?

Michel De Muelenaere

Le changement climatique, une affaire connue, en montagne. Déjà aujourd’hui, il se marque avant tout par une augmentation de la température : entre 1,6 et 2,2ºC de plus en moyenne depuis 1950, selon les relevés officiels. Une accélération depuis la fin des années 80 et une augmentation plus marquée en été et au printemps (+2,6ºC). La région des Alpes du nord est celle qui se réchauffe le plus en France et elle enchaîne record sur record depuis 2003. Si le volume global des précipitations ne semble pas subir de changement notable, l’enneigement est modifié sous l’effet de la hausse de la température qui cause une remontée de la limite pluie-neige. Celle-ci remonte de 150 à 200 mètres par degré de réchauffement.

Les cumuls neigeux ont baissé de 20 à 25 % en dessous de 1.500 mètres, indique-t-on à l’observatoire savoyard du changement climatique. Cette situation n’a pas que des conséquences sur la neige. La faune et la flore sont également bouleversées, de même que le cycle de l’eau avec la fonte des glaciers. Certaines espèces d’arbres risquent de péricliter, comme l’épicéa dans le Vercors. En se réchauffant, certains glaciers deviennent plus instables et risquent de se décrocher de la montagne.

Malgré une forte variabilité selon les années, le manteau neigeux est également à la baisse. À 1.500 mètres, entre la période 1958-1986 et la période 1989-2005, il a perdu 25 jours par an en moyenne, surtout au printemps.

L’avenir est encore moins rose. Globalement, estime Caroline Achin, chercheuse à l’Irstea, « les différents massifs perdront un mois d’enneigement, ce qui raccourcira nécessairement d’autant la saison hivernale », principalement dans les stations installées à 1.500 mètres et en dessous de cette altitude. Selon Samuel Morin, directeur du Centre d’Études de la Neige (Météo-France), à Grenoble, « la durée moyenne d’enneigement dans la tranche d’altitude de 1.000 à 2.000 m serait déjà réduite de 10 à 60 % selon les simulations ». En 2007, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estimait qu’une augmentation de la température de 2ºC ne garantirait plus l’enneigement que dans 96 stations sur 123. Si le mercure grimpe de 4ºC, il ne resterait plus que 55 domaines à encore prétendre disposer d’une fiabilité d’enneigement.

Même si chaque situation est particulière, toutes les altitudes sont néanmoins concernées par la diminution de la durée d’enneigement. Selon une étude suisse parue récemment dans le magazine Cryosphère, la durée annuelle d’enneigement serait réduite de 50 % à la fin du siècle dans les scénarios optimistes et de 80 % dans les scénarios pessimistes. En fonction des scénarios et de l’altitude, la saison hivernale débuterait 15 jours à un mois plus tard et se terminerait de 1 à 3 mois plus tôt. Le nombre de jours de neige étant diminué par deux à une hauteur de 1.500 mètres.

Comment les stations se réinventent

Dans le Vercors, à Chamrousse et à Tignes, on a conscience de cette réalité. Reportages dans ces trois stations aux réalités bien différentes à lire sur Le Soir+.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en France