Procès Abdeslam: le palais Poelaert a survécu au show sécuritaire et médiatique

Sven Mary, l’avocat de Salah Abdeslam, entouré de journalistes.
Sven Mary, l’avocat de Salah Abdeslam, entouré de journalistes. - Reuters

Des chatouilles sécuritaires

L’apocalypse annoncée n’a pas eu lieu. Le Palais de Justice, annoncé comme «   mis sous cloche » pour contraindre tout risque d’attentat a conservé, tout au long de la journée de lundi, une accessibilité difficile mais pas impossible.

Au petit matin, il fallait environ une heure pour satisfaire aux contrôles à l’entrée principale du palais de Justice. Un premier check-in était assuré à l’entrée du parking habituel des magistrats où avaient été déployés deux énormes véhicules anti-émeutes. Des policiers contrôlaient superficiellement l’identité des entrants.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct